AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]

Aller en bas 
AuteurMessage
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Sam 5 Juin - 18:01

La jeune noble avançait en silence. Fixant inlassablement les cieux. Il n'y avait rien de mieux pour elle que de laisser s'échapper sa rêverie à travers la douceur des nuages. Qui n'a jamais espérer pouvoir un jour en caresser le doux coton? Tous les hommes ont eu, ont ou auront ce rêve tôt ou tard. Ceci est un fait inéluctable. Rien ne perturbait le silence si ce n'était le contact du fourreau sur la jambe de la belle. Tandis que Depranos rêvait, son arme attendait avec la plus grande des patiences que la main de la jeune noble laisse tomber son cahier ainsi que son crayon pour la libérer de son fourreau. Et ce, dans un bruit cristallin. Bruit cristallin qui donnerait le départ d'une danse à la fois élégante et violente. Inspirant à la fois beauté et crainte. Une dance au rythme donné par l'écho des lames entre elles ou les cris de détermination des beligérants. Un ballet placé sous le signe du sang. Car depuis toujours, les hommes sont attirés par la beauté de ces spectacles macabres que sont combats et guerres. L'homme s'ennuyant, il n'a rien de mieux à faire que de tuer afin de se divertir. La vengeance et le désir de tuer sont souvent les maîtres mots en l'homme. Pour certains, il y a l'amour. Mais beaucoup préfère l'amour du combat à celui d'une femme. Car ainsi, ils montrent leur courage et leur valeur. Ils se fichent du fait d'y laisser la vie tant qu'ils sont mort pour ce qu'ils jugent être une bonne cause et après s'être divertient de la mort de leur précédents adversaires. L'homme est ainsi et se rattache à tout pour parvenir à son ou ses ojectifs. L'homme est stupide. C'est un fait. Et certains savent élégament profiter de cette faiblesse. Les fourbes n'ont aucun mal à parvenir à cela. Les mots sont leurs meilleurs alliés et les simples d'esprits se laissent facilement abuser. Une question vint à l'esprit de la belle: dans quel camps se situait-elle? Les fourbes? Les simples d'esprit? Ou les autres? Elle l'ignorait.
Durant cette réflexion, elle s'était inconsciemment approchée d'une somptueuse demeure. Son regard l'examina avec attention. Manoir absolument sublime. Depranos resta en contemplation devant le bâtiment et ses alentours. Tout était magnifiquement entretenu. Elle apercevait les jardins qui promettaient d'être tout aussi magnifique que le reste de la demeure. La jeune noble demeurait silencieuse. Immobile. Soudain, les bonnes manières qu'elle avait reçu se rappelèrent à elle. Elle s'était avancée vers la demeure sans y avoir été invitée. Elle quitta sa rêverie et commença à faire marche arrière.

*Je deviens vraiment aussi insouciante et rêveuse que toi Calita. Cela m'inquiète un peu d'ailleurs. Et je me demandes également dans quel camps tu te situes. Je dirai bien les simples d'esprit. Cependant, tu me trompes peut-être Calita.*

[En espérant que cela vous convienne my dear Sebastian]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastian Michaelis
Majordome de la famille Phantomhive
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Ven 9 Juil - 0:34


Le temps de préparation avait été assez long ce matin-là. Un petit déjeuner pris en trombe, quelques caprices qui sont toujours ou presque accordés, et les scènes de mécontentement qui ne cessaient de prouver à quel point l'humain était si exigeant et à la fois pathétique. Pourtant cela avait été le début d'une belle journée, qui allait être plus reposante que toutes les autres puisque presque vide! Eh oui, il avait dit le mot...
-N'oublie pas d'écrire une lettre au Baron de M... et à la Duchesse de L...! Ah, et j'ai un rendez-vous normalement à dix-huit heures, vas l'annuler! Si quelqu'un me demande, je ne suis pas là! Prépare-moi un bon goûter, et si t'as le temps, viens me le donner! Ah et aussi, viens me chercher vers vingt heures!...
Et cela n'avait pas fini... Voilà qui avait été résumé dans sa tête, mais en réalité il avait du couper court à ses désirs enfantins pour qu'il puisse partir enfin. Malgré le fait qu'il soit de classe aristocratique et gérant d'une grande entreprise de jeux, le Comte de Phantomhive était encore un garnement qui ne savait que faire pour le faire tourner en bourrique. En tout cas, il savait très bien comment agir de la sorte... Heureusement pour lui, ces choses-là étaient futiles et rapidement faites. Pour un humain, cela prendrait bien des siècles, mais quoi de plus normal pour le majordome de la célèbre famille?
La porte de la voiture se ferma, un sourire énigmatique se dessina sur ses fines lèvres, et ses bras se raidirent de chaque côté de son corps. Le visage rond et ingrat du Comte se fit voir par la fenêtre, le regard hautain, l'indifférence se soulignant comme toujours dans cette expression juvénile. S'il n'avait pas eu autant de pouvoirs, pour sûr que beaucoup en auraient profité pour lui donner une bonne claque... ou une fessée? Cette imagerie lui traversa l'esprit et il aurait bien voulu en rire, mais il garda sa dignité.
-J'espère que tu ne vas rien oublier de ce que je t'ai demandé! Surtout, ne casse pas mon Manoir! Et si Lizzy arrive, tu la renvoies directement chez elle!
Encore et toujours des ordres... il n'y avait que les masochistes pour aimer cela, mais à vrai dire c'était la clef de l'échange contre une âme des plus puériles. Contre toute attente, ses lèvres toujours imprégnées de ce sourire si faux et à la fois si fort s'entrouvrirent pour laisser passer un simple:
-Je me chargerai de tout cela, Monsieur.
Il n'aimait pas les longs discours, ni les pertes de temps, et voilà qu'il souligna le retard du petit prince:
-Bon voyage, et prenez garde de ne pas vous faire attraper.
Irrité, le Comte prit le rideau fermement dans sa main et le ferma vivement après lui avoir lancé un faible murmure. Pour un simple majordome cela aurait été tellement difficile de l'entendre, mais lui, même s'il avouait avoir une certaine simplicité que les autres n'auraient pas, il l'avait entendu et avait affiché ce visage qui disait clairement qu'il avait compris qui était le maître de la maison. La main sur le torse, une légère courbette jusqu'à ce que la voiture parte, et voilà qu'il pouvait redémarrer ses activités tranquillement sans qu'il n'ait le petit roi sur les pattes.
"Pour qui me prends-tu?"
Ce murmure résonna une nouvelle fois dans sa tête. Il aurait pu donner une réponse simple, mais il n'avait pas envie d'y penser. Ici, où tous ces hommes se croyaient bien plus que ce qu'ils n'étaient, il valait mieux garder les choses pour soi. Quoique parfois, les voir tomber de leur nuage et se rompre le cou en heurtant le sol était bien plus beau qu'une quelconque dispute toute simplement montée. Il s'était redressé une fois que la voiture s'était éloignée de la propriété et se tourna face au manoir en expirant. Une nouvelle fois, du travail l'attendait, mais au moins il faisait sa journée!


D'un mouvement droit et sérieux il frappa vivement ses mains pour marquer l'attention des domestiques présents. Une binoclarde qui cassait tout et qui avait l'apparence des vieilles filles délaissées, un kamikaze qui ne cessait de brûler les plats et donc de détruire un repas complet, un jardinier sans cervelle qui laissait derrière lui le désert du Sahara à chaque fois qu'il passait par le jardin et pour finir un vieux sénile qui se contentait d'admirer le tout en buvant du thé japonais. Voilà ce que constituait la grande famille de domestique de la maison Phantomhive qu'il se devait de gérer, avec beaucoup de mal le plus souvent. Une fois que ses yeux rouges constatèrent qu'il y avait une parfaite attention à son égard, il déclara sans buter sur les mots:
-Maintenant que Monsieur est parti, il nous faut nettoyer complètement le manoir! Finny, tu t'occuperas de la pelouse et les tilleuls! May Linn, les draps et la vaisselle t'attendent! Bard, les préparatifs du dîner de ce soir te sont confiés! Tanaka... faites ce que vous voulez. Allez, mettez-vous au boulot et tout de suite!!
Tout le monde se précipita à sa tâche alors qu'il venait de les lancer avec un claquement de main. Ce que lui devait faire était bien plus dur, mais voilà, c'était tout à fait normal pour le majordome de la famille Phantomhive...
Sans plus attendre, il retroussa ses manches, s'installa dans le bureau et posa ses lunettes sur le nez. Première tâche ardue: écrire les lettres du Baron et de la Duchesse. Il n'avait pas pris beaucoup de temps puisqu'en quelques minutes elles furent prêtes, achetées, signées (par imitation, mais cela reste un secret) et envoyées en mains propres. Une fois revenu au manoir, il se dirigea vers le téléphone et appela immédiatement au rendez-vous que monsieur voulait tant annuler, et il annula. Quelle tristesse que de devoir se faire incendier par des gens de la haute société! Mais il était ainsi... Enfin, il avait dû réparer le conduit d'eau qui avait été saccagé par la tempête de la nuit dernière, nettoyer les rideaux poussiéreux de la bibliothèque, ranger la tonne de livres que Monsieur avait si aimablement désordonné, remettre en place les fauteuils décalés du grand salon, ramasser les débris du vase cassé par May Linn, replanter tout le jardin à cause d'un certain jardinier et pour finalement se retrouver aux fourneaux pour refaire le dîner entièrement carbonisé. La vie d'un majordome dans ce manoir n'était pas si facile que cela mais voilà, c'était bien "normal"...
La queue de pie enlevée, le tablier blanc noué autour de la taille et les manches retroussées, il faisait déjà battre les oeufs pour les plonger dans la farine. A peine quelques minutes et les ingrédients qui se trouvaient sur la table avaient été mélangés, secoués, retournés dans tous les sens pour finalement, après un bon départ dans le four, se retrouver avec l'apparence d'une bonne tarte aux pommes et à la cannelle. Il s'attaqua ensuite au repas, qui bienheureusement ne dura pas trop longtemps. A présent qu'il avait tout terminé, il ouvrit les placards en hauteur pour chercher le thé, mais il constata avec étonnement qu'il en restait peu. Quel problème! Des courses à faire à cette heure? Il les ferait plus tard, il restait encore le thé de l'après-midi, celui du soir et celui du matin de justesse. Il irait peut-être le chercher en plein milieu de la nuit?... ici, plus encore que dans n'importe quel autre endroit sur cette Terre, le thé prenait une importance si capitale qu'il pouvait engendrer des suicides et des folies chez ceux qui ne peuvent s'en passer. A croire que les substances illicites sont bien moindres à côté...
Le majordome expira. Il avait enfin terminé toutes ses lourdes tâches alors qu'il n'était qu'à peine midi... que pouvait-il faire sinon surveiller les autres domestiques? Avec beaucoup de réflexion, il finit par se décider: il profiterait pour planter les lys et donner à manger à sa tendre et douce aimée. Traversant le manoir à grande vitesse, se dirigeant vers le côté est du jardin, il prit dans son passage ce qu'il fallait dans un petit sachet pour se retrouver à l'endroit voulu, là où l'attendait une petite créature étrange. Elle était noire, couverte de poils, des yeux d'un doré plus exquis que le soleil... il demeura quelques secondes silencieux devant cette petite boule de poils avant de l'attraper et d'afficher un visage des plus rares, un visage conquis.
-Haaa... vous êtes si douce mademoiselle, que j'en ai des frissons! Tenez, je vous ai préparé votre petit plat du jour!
Il déposa la créature qui poussa un léger miaulement avant de s'attaquer au plat que ce majordome lui avait apporté. Elle avait un sérieux appétit, mais par chance elle n'était pas exigeante, et c'était ce qui la différenciait du petit roi. Une chance que les chats n'aient pas la parole... mais même si cela avait été le cas, ils ne l'utiliseraient pas. La contemplant pendant quelques secondes, il se remit alors au travail en plantant les Lys blancs qui avaient été achetés la veille. Finny les avait complètement oubliés dans le salon... sous le fauteuil. Une fois que ce fut fait, il passa le bras sur le front: s'il avait été moins solide, il aurait succombé à cette charge de travail!
Prenant la petite chose entre ses mains gantées de blanc, il la serra contre lui une fois qu'elle ait fini de manger pour se diriger jusqu'au bout du jardin, vers l'entrée où se dressaient fièrement deux grandes grilles noires qui délimitaient la propriété Phantomhive. Il fallait qu'il la relâche à présent, le Comte ne serait pas content de voir un chat pénétrer dans ses bâtiments en sachant très bien qu'il en était allergique. Quelle tristesse pour lui... malheureusement, il n'avait pas le pouvoir de lui soigner cela!
En arrivant au lieu dit, il remarqua avec surprise la silhouette d'une jeune femme. Et plus il s'approchait plus elle se distinguait, laissant alors un majordome complètement perplexe. A voir ses accoutrements, elle n'était pas une simple femme du village, c'était une noble... Ouvrant les grandes grilles de l'entrée, il laissa échapper le chat dans le chemin qui longeait avant de s'incliner devant elle et de lui faire un sourire ravissant:
-Bonjour Mademoiselle, puis-je vous être utile?
Il était rare de voir se promener des gens de la haute société, et surtout dans des terres aussi peu accueillantes. Seul le manoir donnait une impression de civilisation, mais cela restait encore très restreint. Peut-être voulait-elle alors rencontrer le Comte? Mais dans ces cas-là, comme il l'avait si bien ordonné, il devra la conduire ailleurs...





_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Ven 9 Juil - 12:42

Mais où avait-elle donc la tête? Entrer ainsi dans une résidence sans y avoir était invitée. Il fallait vraiment être tête en l'air pour en arriver à ce point. Encore une fois, il n'y avait que Calita pour faire cela mais, il semblerait que le personnage déteigne sur l'auteur. Enfin, ne dit-on pas que les personnages que nous inventons sont une partie de nous-même? Si. Bien sûr que si. Et puis, les personnages ne sont que des pantins que l'on manipule à notre guise. L'auteur fait de lui ce qu'il veut. Cependant, il arrive que l'on puisse perdre le contrôle dans certaines situations et par conséquent, le personnage échappe totalement à son créateur et lui montre qu'il n'est pas totalement soumis à lui. Qu'il fait aussi ce qu'il désire. Et ce, peu importe l'avis de l'auteur qu'il nargue fièrement tandis que l'autre tente désespérement de le ramener sous son contrôle. L'homme ne supporte pas de ne pas se sentir dominant. Il aime à se savoir maître de tout. La puissance. Voilà par quoi il est aveuglé. Le fait de se savoir plus faible qu'un autre lui est insupportable. Il faut arriver par tous les moyens à le surpasser et veiller à ne pas perdre sa place au fur et à mesure que l'on gravit les échelons. Voilà comment pense pratiquement tous les nobles de cette société. Pouvoir. Puissance. Ceux sont leurs maîtres mots. Et ces deux simples mots, ils appliquent entre eux, bien évidement. Mais aussi sur les animaux et leurs personnages s'ils sont auteurs. L'homme avide d'un pouvoir illusoire est bien méprisable. Il ne sait se contenter de ce qu'il a. Il en veut plus. Toujours plus. Rongé par le plaisir de posséder. Attaché aux marques. Il faut que la qualité soit bonne. Excellente. Parfaite. Toujours avoir ce qu'il y a de mieux...

-Bonjour Mademoiselle, puis-je vous être utile?

La réfléxion de la demoiselle s'interrompit à l'écoute de cette phrase. Elle se retourna. Ses yeux se déposèrent sur un homme vêtu entièrement d'un noir élégant. Incliné face à elle. Sourire aux lèvres. Peau blanche. Cheveux ébènes. D'après son apparence, il s'agissait du majordome de cette demeure. Depranos ne savait que penser de cet être. Il inspirait à la fois une certaine confiance mais aussi une sorte de crainte. Voilà qui était bien étrange. C'était bien la première fois que la jeune noble rencontrait ce genre de personne.

"Bonjour. Je me suis approchée d'ici durant une longue réflexion. Ce moment de distraction m'a menée ici et je me suis permise d'admirer ce magnifique manoir. Le jardin est également magnifique. Vous devez avoir un excellent jardinier."

La demoiselle se retint de soupirer. Etait-ce vraiment tout ce qu'elle avait trouvé à dire? Il semblerait oui. enfin, elle n'avait pas menti. Le jardin était vraiment magnifique. Aménagé de manière à créer une parfaite harmonie. Elle félicitait réellement l'auteur de ce chef-d'oeuvre. Il devait être agréable de se détendre ou de se reposer dans un endroit pareil. Juste fermer les yeux. Sentir tous ses muscles se décontracter. Le vent jouer avec ses cheveux. Caresser son visage. Oui. Cela devait-être très agréable. Soudain, la demoiselle quitta sa réflexion avant de reprendre:

"Excusez-moi. J'ai oublié de me présenter. Je me nomme Depranos Requiem. Et j'espère n'avoir dérangé personne vis-à-vis de ma soudaine présence. Si cela est le cas, je m'excuse derechef."

Décidément, elle n'en manquait pas une. Si elle le pouvait, elle s'assomerait avec le cahier qu'elle tenait. Enfin, elle se retint et resta immobile. Un miaulement se fit entendre. Un chat se frottait à ses jambes et au fourreau de son épée. Elle sourit légèrement. Félin au pelage noir qui semblait attendre que l'on daigne s'accuper un peu de lui. Elle regarde ensuite le majordome et attendit une réponse de ce dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastian Michaelis
Majordome de la famille Phantomhive
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Ven 9 Juil - 21:34



Les paroles du majordome avaient été comme une espèce de réveil dans ce rêve qu'elle traversait... sûrement. A priori, et d'après les traits qui pouvaient se lire sur son visage elle n'était pas venue en quête du Comte ou même du manoir. Et dire qu'en réalité cette image était si bien représentée dans la vie d'un homme... toujours à la recherche de quelque chose, sans savoir ce que c'était ni même pourquoi, suivant un chemin qui, peut-être les guiderait dans cette voie... oui, une bien belle image du "qui suis-je, où vais-je et d'où viens-je" très représentative. Il ne put s'empêcher de sourire, même si évidemment ce sourire-là n'était pas visible de la même manière par les autres, avant d'écouter attentivement lorsqu'elle entrouvrit les lèvres.
Il n'avait pas eu tort, donc... les réflexions étaient le lot du quotidien des humains et même ce qui les faisait avancer ou sombre. Quels étranges êtres mais aussi quelles fascinantes façon de penser... quoique peu avantageuses parfois. S'ils n'avaient pas eu les sentiments en prime, les hommes auraient été à l'égal des pires démons. Il sourit. Finalement, elle s'était peut-être perdue aussi! Et la remarque de la splendeur du jardin lui fit froncer les sourcils vers le haut. On eut presque dit qu'une goutte avait perlé sur son front: mais quoi de plus normal? C'était lui qui venait de refaire entièrement le jardin après le tremblement de terre qui était survenu des mains d'un piètre jardinier. Enfin, quoiqu'il en soit, il devait à tout prix réfléchir à la situation. C'était une noble et donc il ne pouvait la dédaigner de la sorte... la reconduire sur le bon chemin? Pourquoi pas! Mais il ne pourrait sortir du manoir que dans une demi-heure à peu près pour faire les courses avant de chercher le jeune roi pour le soir. Au fond de lui un souffle se manifesta telle une expiration de désespoir. Et dire que cette journée aurait du être une tranquille et belle journée sans après-midi surchargée!
"Excusez-moi. J'ai oublié de me présenter. Je me nomme Depranos Requiem. Et j'espère n'avoir dérangé personne vis-à-vis de ma soudaine présence. Si cela est le cas, je m'excuse derechef."
Le majordome s'était redressé. Son visage, d'une finesse étrange exprima une certaine surprise mais très légère, tellement, qu'elle fut passagère. Il était rare de voir une personne faisant partie de la noblesse de s'excuser de la sorte vis-à-vis des domestiques et surtout des majordomes, mais voilà que cette jeune femme avait le sens de la politesse... ce n'était pas plus mal après tout, s'il était tombé sur quelqu'un de plus rêche cela aurait été difficile de l'aborder tout autant que de le reconduire. D'un geste élégant, il fit une révérence pour laisser échapper une nouvelle fois sa voix grave et délicate dans cet instant où seule la brise voulait encore effleurer ses cheveux ténébreux:
-Appelez-moi Sebastian, je vous prie de ne pas vous excuser, et pour ma part, il m'est interdit d'accepter la présence d'une quelconque personne dans l'enceinte de ce manoir...
Il releva le buste, fit un grand sourire avant d'ouvrir une partie du portail pour lui indiquer la direction du jardin de sa main gantée:
-Mais il ne m'est pas interdit d'inviter une demoiselle à prendre le thé dans un tel cadre. Aimeriez-vous?
Les questions comme celles-ci étaient évidemment suivies d'une réponse sans pareille. Le majordome le savait, et c'est également avec ce sourire si énigmatique et quasiment toujours représenté sur ses lèvres fines qu'il tenta la jeune femme en lui montrant le chemin de graviers, bordés de part et d'autres de rosiers. Ici, dans ce jardin où le roi ne sortait jamais, il valait mieux en faire profiter d'autres qui, sûrement, deviendraient alors des alliés de premier choix sans vraiment se rendre compte. Dans la finesse de ses idées, il avait déjà prévu de la servir tout autant que la conduire jusqu'à l'endroit qu'elle recherchait. Après tout, ce n'était pas comme si elle était venu espionner cet endroit ou quoique ce soit... enfin, pour le moment c'était ce qui paraissait être. En allant faire les courses nécessaires il la ramènerait chez elle et alors comme ça le Comte n'aura rien à dire lorsqu'il devra le chercher... Tout comme il l'avait espéré, ses plans étaient toujours parfaits. Encore fallait-il qu'ils marchent jusqu'au bout.
Il n'avait pas pris le temps de voir si elle le suivait, car il savait déjà la réponse. Il ne mentait jamais, les hommes si, mais eux contrairement à lui, n'arrivaient pas à mentir à leur corps. Inconsciemment ou consciemment, dans les deux cas elle serait entraîné à l'intérieur de ces murs, là où il lui préparerait quelque chose de prêt. Après tout, il n'avait pas fait la tarte aux pommes et à la cannelle pour rien, et par chance, le thé était déjà prêt...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Sam 10 Juil - 12:52

-Appelez-moi Sebastian, je vous prie de ne pas vous excuser, et pour ma part, il m'est interdit d'accepter la présence d'une quelconque personne dans l'enceinte de ce manoir...Mais il ne m'est pas interdit d'inviter une demoiselle à prendre le thé dans un tel cadre. Aimeriez-vous?

La demoiselle hésita un instant avant d'accepter. Se rappellant les leçons de bonnes manières que l'on s'était permis de lui répéter de manière infinie à son grand désespoir. Toutes les règles de bonnes conduites résonnaient dans sa tête. Tenez vous droite. Ayez l'air fière. Ne refusez pas une invitation afin de ne pas déshonnorer à votre famille. Qu'est-ce qu'elle avait détestée toutes ses règles. Enfin, elle les respectait par respect pour ses parents décédés qui avaient pris la peine de les lui apprendre.

"Pourquoi pas? J'ai un peu de temps devant moi et il est fort mal élevé de refuser une invitation. Je vous suis Sebastian."

Le majordome semblait ne pas avoir attendu sa réponse et était déjà parti. La réponse de la demoiselle était bien sûr évidente. Une invitation ne peut être que suivit d'une acceptation. Depranos détourna son regard et observa les magnifiques rosiers. Les rayons de l'astre solaire semblaient danser sur les précieux pétales que la brise berçait délicatement. La jeune noble se permis un léger sourire puis reporta son regard sur l'homme en queue de pie. Précédement, elle avait remarqué l'étrange couleur carmin de ses yeux. Voilà qui était fort peu courant. Un regard sanguin. Une peau blanche. Vêtu entièrement de noir. La demoiselle aurait pu se croire face à une de ses créatures issues des contes et légendes. Ces fameux vampires comme on les nommait si bien. Enfin, Depranos ne croyait que très peu à toutes ses histoires. Cependant, rencontrer un être comme Sébastian la conduisait presque à y croire. Il s'émanait de lui quelque chose d'étrange et inqualifiable. Depranos sourit derechef. Il devait être interessant de parler avec un tel personnage. Bien plus qu'avec un noble qui vous raconterez sa vie sans le moindre intérêt. Oui. Elle était impatiente d'engager la conversation avec ce majordome. Soudain, une question lui vint à l'esprit.

"Au risque de parraître ignorante, puis-je connaître le nom de la personne vivant en ces lieux?"

Ignorante. Oui. Elle l'était. Elle suivait le majordome d'une personne dont elle ignorait totalement le nom. Enfin, elle devait le connaître mais, étant venue ici dans le plus grand des hasards, il lui était difficile de pouvoir se repérer comme il fallait. Cela lui apprendait à faire attention à l'avenir. Elle poursuivait son avancé et avait porté sa main à la garde de son épée afin de la retenir de sans cesse frapper sur son pied et prit son cahier et crayon dans l'autre main. Attendant silencieusement la réponse du majordome des ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sebastian Michaelis
Majordome de la famille Phantomhive
avatar

Messages : 29
Date d'inscription : 02/01/2010

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Jeu 15 Juil - 2:55

Alors que ses pas le guidaient tranquillement sur cette longue voie qu'était le chemin conduisant au manoir, la voix de la jeune demoiselle se fit entendre derrière lui. Il le savait, il y avait quelque chose qu'il n'avait pas dit, et en même temps elle l'avait suivi. Cela prouvait que ses hypothèses, quoique nous puissions les nommer autrement, étaient toujours vraies, l'homme était comme ça, et c'était parfois ce qui faisait son charme.
A la question de la demoiselle, le majordome se retourna et fit un de ces sourires les plus grands, les plus dominants, les plus factices. Car il ne fallait pas omettre que dans son cas, les "vrais" sourires, ceux sur lesquels l'on pouvait compter, ceux qui disaient clairement qu'ils étaient là pour rassurer, lui il ne savait pas les faire, car il ne ressentait pas ces émotions qui les faisaient émaner. Mais cela, c'était encore un petit secret...
-Veuillez m'excuser de ne pas vous avoir nommé le nom de cette propriété! Je suis au service de la maison Phantomhive, mais pour le moment mon maître n'est pas là, il ne sera pas de retour avant ce soir.
D'un pas rapide et d'un style élégant, il dressa immédiatement une petite table ronde, en plein milieu de ce vaste jardin, ombragé par un parasol de dentelles et des arbres fruitiers de toutes sortes. Il posa la nappe blanche et immaculée, la tasse blanche aux dessins de couleurs diverses dévoilant des paysages fabuleux, lesquels étaient entourés de bordures en relief dorées, puis les deux plats en argent où trônaient des mets sucrés de toutes sortes, ces petits gâteaux qu'il faisait sans cesse lorsque le Comte le lui demandait. A la suite de cela, il apporta la fameuse tarte aux pommes et à la cannelle, la découpa droitement et symétriquement sans omettre un seul morceau, puis tendit la chaise très confortable du jardin. Tout cela, il ne lui avait fallu que quelques minutes, si ce n'est quelques secondes pour l'accomplir parfaitement, sans faire une seule erreur. Mais tel était le devoir du majordome de la famille Phantomhive, même si le petit roi était absent de son château. La serviette blanche sur le bras, la théière bien tenue, il servit délicatement le fin parfum de thé, ce thé si exquis que beaucoup aimeraient goûter. Ici, on ne fait pas les choses à moitié, et même cette délicate boisson avait le goût d'or... d'après ce qu'en disaient certains.
-Si je puis me permettre, vous vous promeniez aux alentours? Cela n'est-il pas dangereux pour une demoiselle de votre rang?
Le majordome aux yeux de rubis le laissa pas son sourire se défaire, comme s'il restait figé dans le temps. Ce qu'il voulait, c'était la distraire un peu jusqu'à ce qu'il ait le temps de la ramener. Car ce n'était pas tout, il fallait également qu'il surveille les trois clowns qui sommeillaient paisiblement à l'intérieur du manoir. Que ferait-il si jamais ils décidaient d'en sortir? Il fallait qu'il trouve quelque chose à leur donner...
Il manda l'intendant Tanaka qui resta avec la demoiselle quelques minutes, le temps qu'il aille leur donner du travail dans la cave ou dans les plus profonds sous-sols du manoir avant de revenir en trombe, le tablier enlevé et le costume plus beau que jamais.
-Excusez-moi de cette petite absence, il fallait que je vérifie s'il ne manquait rien à votre dégustation! Que diriez-vous d'une petite promenade aux alentours, lorsqu'il vous plaira? Sur ces terres, les seules richesses qui ont vraiment de la valeur sont celles qui demeurent toujours depuis la création de la vie... comme la nature et le reste. Mais je suppose que tout ceci doit lamentablement vous ennuyer, les soirées mondaines, les bals et autres mets trop raffinés?
Le ténébreux n'avait pas hésité à parler de la sorte. Pour cerner certaines personnes, il fallait parfois poser des questions vagues et incertaines, mais lui, ce n'était pas comme s'il ne la connaissait pas, bien au contraire. C'était simplement qu'il savait tout de tout le monde, mais que bien sûr il fallait entretenir des discussions suffisamment intéressantes pour qu'elle veuille bien écouter et échanger ce qu'elle avait à dire. Dans le monde de l'aristocratie, lorsque les regards des plus hauts étaient aussi tristes et désespérés que ceux de cette demoiselle, cela confirmait clairement un ennui mortel, une douloureuse blessure d'être aussi solitaire, ou presque. S'il pouvait comparer cela au petit Roi de la maison, cela ressemblait à une peur d'être seul, en même temps qu'une peur d'être avec les autres. Un ennui terrible de rester dans les hauteurs, de rester au sommet, et les seules choses qui pouvaient à la limite soigner ces blessures profondes et parfois des plaies ouvertes, n'étaient plus que le contact avec ce qui n'avait pas de valeur aux yeux des humains, ce qui n'avait aucun sens pour eux, et ce qui ne rimait pas avec l'argent...

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   Jeu 15 Juil - 14:19

-Veuillez m'excuser de ne pas vous avoir nommé le nom de cette propriété! Je suis au service de la maison Phantomhive, mais pour le moment mon maître n'est pas là, il ne sera pas de retour avant ce soir.

Phantomhive. Ce nom lui disait vaguement quelque chose au milieu de tout les autres noms qu'on lui avait fait apprendre. Phantomhive. Mais bien sûr. Il s'agissait du propriétaire de la célébrissime marque de jouets et de friandises que les enfants adorent. Comment avait-elle pu oublier cela? Enfin, peu importe. Elle s'en était souvenue. Là était l'important. Elle se trouvait donc chez le propriétaire de cette immense firme. Cela n'avait presque rien d'étonnant. Les affaires doivent être fleurissante pour pouvoir s'offrir un manoir si élégant et un jardin pourvu d'autant de charme. La demoiselle observa le majordome dresser la table avec rapidité et habileté. Décidément, en plus d'une somptueuse propriété, Phantomhive s'offrait l'élite des domestiques. La jeune noble s'installa sur une chaise et posa son cahier à côté d'une tasse sublimement décorée. Depranos remarqua également une tarte aux pommes et à la canelle qui trônait au milieu de tous les autres mets qui semblaient être aussi bon les uns que les autres. La belle se saisit de la coupelle sur laquelle reposait la tasse et respira l'arôme que dégageait la boisson. Elle se laissa envoûter par l'odeur. Elle en but doucement une gorgée. Délicieux. Il n'avait guère d'autre mots pour le définir. Ce Sebastian était vraiment très doué.

-Si je puis me permettre, vous vous promeniez aux alentours? Cela n'est-il pas dangereux pour une demoiselle de votre rang?

La demoiselle allait répondre lorsque le majordome partit et laissa place à un dénomer Tanaka. Cependant, ce dernier, malgré le fait qu'il soit également un domestique semblait aimé boire du thé durant ses heures de services. Enfin, peut-être profitait-il de l'absence du maître de maison pour cela. En tout cas, il ne semblait pas être très bavard. Sebastian revint peu après. Toujours aussi élégament vêtu.

- Excusez-moi de cette petite absence, il fallait que je vérifie s'il ne manquait rien à votre dégustation! Que diriez-vous d'une petite promenade aux alentours, lorsqu'il vous plaira? Sur ces terres, les seules richesses qui ont vraiment de la valeur sont celles qui demeurent toujours depuis la création de la vie... comme la nature et le reste. Mais je suppose que tout ceci doit lamentablement vous ennuyer, les soirées mondaines, les bals et autres mets trop raffinés?

La belle but une nouvelle gorgée de thé. Le majordome avait vu juste. Elle ne trouvait effectivement rien aux soirées mondaines, bals et autres évenements tant appréciés par les gens de la noblesse. cela manquait cruellement de divertissement d'après elle. Danser durant des heures ne servaient strictement à rien si ce n'est peut-être montrer toute l'élégance de la nouvelle robe ou du nouveau costume que l'on s'est acheté chez X. Enfin, si l'on pouvait parler d'élégance. Voir queques dentelles ou robe de soie voler n'était divertissant que durant quelques instants seulement. Lorsque l'on était las de danser, les femmes se retrouvaient entre elles. Débataient sur la beauté des messieur présents ou de leur derniers achats, voyage ou rencontre tandis que les hommes discoursaient de politique et d'affaires. Voilà à quoi se résumait un bal ou une soirée mondaine. Quel ennui...Comment toutes ses personnes peuvent-elles dire qu'elles se sont amusées? Enfin, cela ne la regardait pas. Et comme on le dit si bien, tout les goûts sont dans la nature.

-Effectivement. Je suis lasse de toutes ses évenements que la haute société trouvent être des plus divertissant. Je ne vois pas l'intérêt de tout cela si ce n'est de se faire valloir. De montrer l'étendu de ses richesses et de faire grandir la jalousie chez autruit. L'homme aime à se sentir puissant et à dominer. Il est avide des biens les plus inutiles et futiles auquels il s'accroche de tout son être. Il s'y accroche comme si ça vie en dépendait. S'il n'a pas le dernier objet en vogue, il deviendrait la risée de tous et ne pouvant tolérer cela, il use de tous les moyens pour l'obtenir. Je trouve cela navrant.

Silence.

-Je serai ravie d'aller me promener en ces terres Sebastian. Et pour répondre à votre précédente question, oui. Je me promenais dans les alentours. Cependant, je ne pense pas être en danger. Comme vous avez dû le constater, je suis armée et manie très bien cette épée. Je pense ne pas prendre trop de risque en sortant seule. Je suis une grande fille. Je peux veiller sur moi-même.

Elle but une nouvelle gorgée de thé. Délicieux. Oui. Il l'était vraiment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Rencontre avec un diable de majordome. [Sebastian Michaelis]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Big Ben] Une mission compromise [PV: Sebastian Michaelis & Eleanor Livingston]
» Ce n'est que la modeste présentation d'un diable de majordome. [Finie]
» « J’ai fait un pacte avec le diable. »
» I'm Juste one Hell of Butler, My Lord [Présa Sebastian Michaelis - normalement terminée]
» Signer avec le Diable...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji RPG :: Environs de Londres :: Manoirs :: Manoir Phantomhive :: Manoir-
Sauter vers: