AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)

Aller en bas 
AuteurMessage
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Dim 24 Jan - 1:21

Depranos sortit de la bibliothèque et avança d'un pas tranquille. Elle était satisfaite. Elle avait trouvé ce qu'elle cherchait. Les souffrances du jeune Werther. Elle allait pouvoir faire progresser son histoire. Calita allait pouvoir se comparer à de nouveaux personnages. Après Atala, elle serait Werther. Depranos se cala contre un mur et entama sa lecture. Elle était impatiente de connaître l'histoire de ce jeune homme. Et surtout, elle ne souhaitait pas rentrer immédiatement chez elle. Elle ouvrit le livre et entama sa lecture.

"Que je suis aise d'être parti! Ah! mon ami, qu'est-ce que le coeur de l'homme? Te quitter, toi que j'aime, toi dont j'étais inséparable; te quitter et être content! Mais je sais que tu me le pardonnes. ..."

Depranos était plongé dans sa lecture. Elle suivait l'histoire de ce jeune homme. Elle marchait un peu en retrait derrière lui. Elle l'observait. Elle était intriguée par le sentiment qui l'animait. Ce sentiment qui la repoussait et dont elle ne voulait surtout pas entendre parler. Elle, elle ne connaissait pas l'amour. Elle, elle ne l'avait jamais connu. Elle, elle ne savait pas pourquoi certaines personnes donneraient tout pour être aimé par l'être qu'il chérissait. Elle, elle n'en avait que faire. Après tout, elle, elle ne souhaitait pas être aimé. Mais Calita oui. La Calita qu'elle avait créé n'attendait que cela. Calita, la gamine inscouciente qui ignore tout du monde l'entourant. Calita, la gamine totalement naïve qui croit tout et n'importe quoi. Calita, la gamine amoureuse qui recherche désepérement son prince charmant. Après tout, Calita ne vivait que dans la fiction de ses livres. Mais Depranos non. Depranos était condamnée à la réalité. Triste et dure réalité. D'ailleurs, cette dernière la rappela à elle. De manière très douce et délicate. Des gouttes d'eau caressaient son visage. La jeune fille tourna son regard vers le ciel obscur. Il pleuvait. Elle ferma rapidement son livre après avoir mémorisé le numéro de la page et la phrase où elle en était. Page 49.

"La vie humaine est un songe: d'autres l'ont dit avant moi, mais cette idée me suis partout."

Malgré la pluie, Depranos ne bougea pas. Sinon, ce n'était que très légèrement. Par petit déséquilibre. Et quand elle le faisait, elle entendait son épée taper contre le mur se situant dans son dos. Elle médita la dernière phrase qu'elle avait lu en tournant son visage vers le ciel et en fermant les yeux.

*La vie? Un songe? Je ne suis point d'accord. La mienne tiendrait plus du cauchemard. Et la tienne Calita, est-elle un rêve? Ou un cauchemard?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faellia Ayumi

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 24
Localisation : Dans ce que l'on appelle malheureusement le monde réel...

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Lun 25 Jan - 4:08

La jeune noble n’était pas pressée de rentrer. Rare était ses moments de libertés, alors elle en profitant autant qu’elle le pouvait. Cependant profiter était un bien grand mot. Son aversion envers ces tissus inutiles rassemblés en un seul et unique vêtement encombrants, ces façons à avoir vis-à-vis tout le monde, ce vocabulaire raffiné a adopté en toute situations, ces long gants lui empêchant de ressentir vraiment tout ce qu’elle touchait, la chaleur d’un objet ou encore la texture d’un autre. Tout ce genre de trucs la répugnait. Et pourtant depuis toute ces années, elle n’avait su s’y faire. Faellia n’était pas nécessairement rebelle dans l’âme mais il lui arrivait de croire qu’elle était née aux mauvais endroits, dans la mauvaise famille peut-être. Souvent elle avait pensée à une erreur, malheureusement il n’y en avait aucune.

Aujourd’hui, cependant, elle avait été autorisée à sortir seule, un des rares fois ou cela lui arriverait. Cependant elle n’avait pu retirer ces immondices qu’elle portait sur elle, cette chose sans égal pour lui rendre la vie dure que l’on surnommait affectueusement robe. Pour sa part, cela resterait cependant « objet de torture » point barre. Bleu, c’était bien beau le bleu, couleur de la liberté qu’elle recherchais sans relâche, couleur de ce ciel si vaste que jamais elle ne pourrais admirer que par ces barreaux invisible à l’œil nu qui la maintenant en cage, accompagner par le noir, qui rendait bien, mais la beauté n’égalerait jamais l’horreur qu’il y avait simplement en pensant à la mettre.

C’est sous ces pensées qu’elle débutait chacune de ses journées dont la routine pesait seconde après seconde, lui laissant cependant la nuit à son humble guise, sauf les journées ou elle se devait de récupérée pour ses autres soirs de folies nocturnes à dévalées les rues comme bon lui semblait. Routine, ce n’était pas le moindre qu’elle puisse dire. Elle commençait par se faire secouer les puces par une femme de la maison, lui résistant le mieux qu’elle le pu afin de rester au lit le plus longtemps possible, avant de se faire habillée, qu’on lui apporte a manger, qu’elle subisse une leçon quelconque qu’elle essayait d’oublier au plus vite. Ensuite s’en suivait réunion, rendez-vous et autre de la famille auquel elle devait assister. Réplique vulgariser du calvaire qu’elle subissait jour après jour.

Cette journée ci n’était pas des plus belles. À coup sur son père l’avait choisis avec soin pour qu’elle rentre au plus vite car déjà la pluie se faisait sentir sur sa peau. La pluie, la jeune Ayumi n’avait rien contre. Elle était douce, tiède, chassant les soucis, les emportant avec elles. Il ne restait bientôt plus que la jeune Ayumi, face à elle-même, un léger sourire planant sur ses lèvres tendit que ses cheveux lui collaient lentement mais sûrement à la peau. Ses cheveux… D’ailleurs ceux-ci avaient été laissés négligemment lousses, chose que la jeune Faellia haïssait mais devait encore une fois subir du à l’influence parentale auquel elle ne pouvait se défiler. Sortant un fin ruban noir, elle les attacha en vitesse en une queue de cheval haut placé, laissant quelques mèches chaque coter de son fin visage ainsi que son indomptable toupet, beaucoup trop court pour en faire quoi que se soit.

Au loin, une silhouette se dessinait tendis que les autres se sauvaient en courant, les autres désignant bien sur ces être apeurés de se voir trempés, courant se mettre rapidement à l'abrits, désertant au plus vite cette rue. Une ombre avec une épée, semblait-il, déduisit rapidement la fille un peu impulsive. La jeune noble eut un léger mouvement de recul. Que faisait un homme dans une ruelle sous la pluie avec une épée? Par curiosité peut-être, ou simplement de par sa liberté bridée depuis son enfance ou peut-être encore de son ignorance sur les vrai choses de la vie, la jeune fille avança tout de même pour en avoir le cœur net. Cette ombre était immobile, ne bougeant pratiquement pas. La jeune adolescente continua d’avancer jusqu’à en apercevoir concrètement le visage, les formes de ce qui se trouvait un peu plus loin, ne laissant aucun doute qu’elle avait affaire à une femme. Sans aucune gêne Faellia s’approcha lentement de la jeune femme, la dévisageant d’une façon qu’elle n’aurait pas du se permettre. Cependant sur le coup, elle ne remarqua point sa faute, jusqu’à ce qu’elle commence à cligner des yeux, se rendant peu à peu compte qu’elle l’avait dévisager, bien sur envieuse d’une part qu’une jeune fille eue le droit de porter une épée alors que pour elle rien ne lui était permis, d’une autre part puisqu’elle aussi semblait songeuse. Finalement, empoignant légèrement les pans de sa robe, elle fit une courte révérence de façon distinguée tel qu’on lui avait tant de fois montrée, s’excusant légèrement. Après tout elle se devait d’être parfaite, juste au cas ou ses parents en auraient vent.


- Je vous pris de m’excuser, je ne sais point ce qui m’a pris. Dit-elle légèrement, tendis que sa voix jurait avec ses propos qu’elle aurait voulut navrés. Faellia Ayumi, enchantée.

Quelques banales formalités pour permettre de faire oublier vite fait une faute, voilà une règle qui en principe marchait pour tous et chacun dans cette haute lignée de snobs qu’elle fréquentait tant. Cependant elle ne connaissait pas le statut de mademoiselle, il aurait été indiscret de lui demander par ailleurs et jamais cette idée ne l’aurait traversée. La jeune fille n'eut aucune gêne à croiser les yeux de cette jeune femme semblant légèrement plus âgée qu'elle, ces yeux d'un rouge éclatant la surprirent un peu, contrastant avec ses yeux ciels si profond.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow Rex

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 05/01/2010
Localisation : Il te suffit de me regarder pour me voir

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Mar 26 Jan - 16:24

Les rues était toujours les mêmes, du moins paraissait-elle ainsi as Sorrow. Indifférent, comme souvent quand il n'avait pas besoin de faire preuves de sensibilité. Son sens de l'orientation lui suffisait pour ne pas avoir besoin de surveillé se qui l'entourer, essayer de s'ouvrir au reste du monde. Tout était différent de se qu'il était, de toute façon, peut-être ne serais-t-il jamais capable d'éprouvé autre choses que de l'amertume face as se qui l'entourer, et même seul à seul avec lui-même. "Sorrow", songea-t-il, juste as l'instant ou le ciel commencer as pleurer, des gouttes si petite, si faibles, et qui faisait pourtant courir presque tout les humains autours de lui. Se n'était que de l'eau pourtant, et elle n'était même pas vraiment froide... Si elle n'exister pas, ils serais bien embêter, non? Tout en songeant as cela, il observa les gens que la pluie ne semblait pas faire courir, il y en avait une, qui avancé as vitesse faible voir inexistante. Une allure assez digne dans l'ensemble, celle de ceux qui n'ont grandi qu'au milieu du haut monde, cependant ses vêtements était plutôt sobre. Une robe noir et bleu profond, et il la voyait qui s'attacher les cheveux en un instant de dos. La voilà qui vas vers une silhouette armé d'une épée avec une insistance étrange, as présent, attitude qu'on pouvait qualifié d'insultante eu milieu d'un océan de politesse... C'était surprenant, mais de là as dire que sa l'était plus que la moyenne humaine, il y avait un pas, non?
Secouant légèrement ses longue mèche pourpre pour faire tombé sa couronne de gouttelette, l'amnésique reviens aux affaires. Cette jeune fille semblait être une noble, et seule. Se n'était pas si courant. De plus, il pleuvait! Qui s'arrêterait pour protégé une noble d'un danger vrai alors qu'on était déjà soi-même en train de se protégé de la pluie? Bon, Sorrow n'était pas actuellement dans le besoin, mais se qu'il mangerais le lendemain était toujours incertain. Et puis, il valait mieux qu'elle tombe sur un simple voleur comme lui pour la mettre en garde avant de tomber sur un homme plus mal intentionné.
Et surtout, dans l'état actuel des choses l'amnésique était indifférent as tout se qu'on pouvait se dire, as tout se qu'elle pouvait devenir.
Le seul problème était donc seulement la silhouette armée avec qui elle entamé la discutions, car qui que se fut, quel que soit son intention, il allait surement l'aider dans un premier temps, et le voleur n'aurais plus une chance. S'approcher pour comprendre la situation, c'était surement la solution... Parler était le plus souvent une action haïssable, mais on ne faisait pas toujours se qu'on voulait, et il le savait bien.
Sans qu'aucun de ses mouvement ne montre de lassitude ou son rejet, le démon s'avança jusqu'au banc, entendant juste le nom prononcé par la noble qui s'était rattrapé de son impolitesse par une courbette. Il n'avait cependant pas la position de s'incruster dans la conversation, loin de là, aussi restas-t-il simplement as environ deux mètres des deux interlocutrices, attendant que l'une ou l'autre se tourne vers lui. Avec de la chance et vu leurs position particulière, armé alors qu'elle est un femme pour l'une, seule et semblant terriblement insouciante pour l'autre, se ne serais pas deux snob et il n'aurais pas as attendre trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mangapowaa.exprimetoi.net/forum.htm
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Jeu 28 Jan - 23:03

Depranos ne bougeait pas. Les yeux fermés, elle laissait la pluie caresser sa peau. Elle ne disait rien. Elle écoutait le bruit des larmes du ciel éclater au sol. Soudain, la mélodie fut coupée par une voix.

- Je vous pris de m’excuser, je ne sais point ce qui m’a pris. Faellia Ayumi, enchantée.

La jeune fille ouvrit les yeux et vit une demoiselle qui faisait une révérence devant elle. Depranos ne comprit pas pourquoi elle s'excusait, mais cela était sans importance. Règles de politesse oblige, elle s'éloigna du mur, déposa une main sur la garde de son épée tandis que l'autre tenait son livre, et fit une légère révérence à son tour en se présentant.

- Vous êtes pardonnée. Même si j'ignore la nature de la faute comise. Je suis Depranos Requiem. Enchantée.

La noble armée se releva et examina son interlocutrice. Elle semblait avoir le même rang. Enfin, Depranos se fichait du rang. Cela était une chose sans véritable signification. Après tout, pourquoi certaines personnes mériteraient-elles plus de privilèges que d'autres? Il n'y avait aucune raison valable. Et il y avait une explication au fait que différents rangs avaient été créé. Depranos la connaissait. Il s'agissait tout simplement du fait que l'homme aime à se sentir dominant. Il aime à mépriser les autres. Pouvoir se sentir supérieur lui est indispensable. S'il ne l'est pas, il voudra prendre le pouvoir par la force. Sa soif de puissance l'aveugle. Il ne comprend pas que le pouvoir n'est qu'une illusion. Cela est normal. Après tout, il est aveuglé par cette illusion. Il n'a qu'un désir et c'est celui de se saisir de cette puissance tant convoité. Pauvre créature que l'homme. La jeune fille se demanda si Calita savait cela. Non. Calita ne le sait pas. Calita ne peut pas le savoir. Calita ne vit que dans ses livres. Bien loin de la réalité.

Puis, Depranos tourna la tête. Un inconnu les observait depuis quelques minutes. La jeune fille lui dit alors:

-Et vous monsieur, pouvons-nous connaître votre nom? Après tout, si vous souhaitez profiter de cette conversation, n'est-il pas plus judicieux de venir vers nous et de vous présentez? Et puis, cela est fort impoli d'écouter les conversations des gens sans y être invité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Faellia Ayumi

avatar

Messages : 13
Date d'inscription : 16/01/2010
Age : 24
Localisation : Dans ce que l'on appelle malheureusement le monde réel...

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Lun 1 Fév - 1:05

(Désolée du retard ^^")

Les signes ne trompaient pas. La jeune fille n’était pas dupes, et elle n’avait pas non plus passée seize ans de sa vie entourée de noble et de bonne manière pour ne pas en reconnaître une lorsqu’elle se trouvait sous ses yeux. Et celle-ci en était bel et bien une, tant par sa manière de tirer la révérance ou simplement se qui émanait de sa personne, bien qu'elle semblait elle aussi différente des autres. Cependant, elle ne semblait pas avoir remarquée sa présence avant que celle-ci ne l’aborde. Avoir su, jamais la jeune fille ne se serait donnée cette peine inutile et aurait continuer sa route sans demander son reste. Demander pardon pour rien et devoir engager une discussion ne lui tentait pas tant que cela. Pas que Faellia soit insociable mais elle n'aimait pas tant que cela les nobles. Bon, ce qui est fait est fait comme on dit. Ses mains étaient surchargées, mais d’un sens elle l’enviait un peu. Noble, avoir le droit de se promener avec une arme même étant une fille, et pouvoir lire se qu’elle voulait, quand elle voulait ou elle le voulait. Un luxe que la jeune Ayumi ne pouvait se permettre qu’à l’insu de tous et même jamais elle n’avait pu apprendre à se battre, même si elle l'avait ardemment désirée il y a bien longtemps. Aujourd'hui, elle s'était un peu plus résignée à ne pas se battre. Cependant, elle devait l'avouer, il s'agissait là d'une bien belle pièce, elle en était sure.

Depranos Requiem… Le nom qu'elle venait de prononcer. Ce nom ne lui disait rien, comme tout les noms de noble qu’elle entendait. Elle les apprenaient, et les oubliaient au fur et à mesure. mauvaise habitude chez Faellia de ne pas tenir compte des nom, détail qui lui paraissait insignifiant. Faellia ne désignait pas sa personne mais bien la manière de l'appeller, quoi que personne ne l'utilise jamais alors pourquoi devrait-elle se donner la peine d'apprendre les autres? Elle avait tant de choses à assimilé que les noms lui passaient six pieds par-dessus la tête. Faellia ne regrettait pas cependant de ne pas les apprendre puisque, façons oblige, tout les nobles se présentaient d'une manière ou d'une autre et parfois plus d'une fois. Puis, elle étudia une fois de plus la jeune fille.

La jeune fille n’était pas laide, bien loin de là. Elle portait une robe que Faellia qualifierais de belle, bien que d’une immondice sans nom, pour la simple et bonne raison que ces vêtements la rendaient malade à chaque fois qu’elle devait les enfiler. Ses cheveux étaient magnifique. N'étant pas portée sur les cheveux, la jeune fille ne s'attardait jamais sur ce sujet mais sans aucune gêne elle aurait été prête à dire qu'elle avait des cheveux magnifiques.


- Peu importe la faute, ne faut-il pas savoir demander pardon pour une faute commise que de garder cette erreur sur nous, preuve de nos pêchés?

*Du gros n’importe quoi… Ne put-elle s’empêcher alors qu’elle venait de répéter textuellement un enseignement primordial qu’elle avait apprise toute jeune. Ce n’est pas comme si je viens de commettre un pêcher, si se n’est que d’observer une personne un peu trop intensivement. *

Faellia ne trouva pas nécessaire d’en rajouter tendis que la pluie avait finie de coller son toupet sur le coter de son visage. Une bonne initiative d’attacher le reste. Cependant, sa robe était détrempée tout comme ses souliers. Une robe de moins, elle l’espérait bien!

Puis, celle-ci dévia la tête et lança des propos vers un homme un peu plus loin. Être prise entre une femme armée et un homme plutôt louche, elle n'était pas sure de vouloir. Pas qu'elle avait peur, loin de là, mais c'était plutôt étrange. Cependant, cela pourrait aussi lui faire changement et elle avait l'excuse parfaite si elle rentrait tard pour les deux personnes qui l'attendraient aussi appelé parents, soit d'avoir lier des liens avec une autre noble. Ils ne pourraient dire non. Au final, elle n'ajouta rien, n'aillant au départ même pas aperçue l'homme qui se tenait au loins mais trouvant les paroles de la jeune fille bien appropriés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow Rex

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 05/01/2010
Localisation : Il te suffit de me regarder pour me voir

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Mer 3 Fév - 14:47

Les deux femmes échangèrent encore quelques phrases entres elle, celles de la dénommé Depranos courte et sonnant aux oreilles de Sorrow comme ne témoignant pas d'une envie folle de discutions, et celle de cette Faellia qui l'intéresser, n'avait pour lui aucun sens. Une histoire de confession, quelques choses comme ça, non? Bah, comme si il devait s'encombrer de ça, et puis, se n'était pas comme si elle avait tuer quelqu'un, si? Enfin, après cela, la femme armée l'interpella enfin, pas très aimablement mais il s'y attendait, après tout pourquoi serais-elle aimable avec lui? L'amnésique s'avança alors de quelques pas avant de s'incliner, on était jamais trop courtois avec ses gens-là, puis pris enfin la parole, d'une vois douce et réservé:
"Veuillez m'excusez, je songer en effet as m'approcher, mais je craignez de vous froisser en m'exécutant. J'ai oublié mon vrais nom il y as longtemps, aussi ne puis-je me présenté à vous que sous le surnom de Sorrow Rex."
Il se redressas après ses mots, regardant tour as tour les deux femmes, songeant intérieurement que tout faisait de lui l'étranger de cet discutions. Il n'avait presque aucune chance d'écarté la "robe bleue" de l"épée" a présent, c'était plutôt elles qui se débarrasserais de lui.
*J'aurais dû le comprendre dés que me suis aperçus que l'homme as l'épée était en fait une femme...*
Se reprochas-t-il calmement en son fort intérieur. Cela n'avait pas d'importance réelle, quand les nobles le jèterais il s'en irais, avant cela, le démon pouvait toujours attendre une opportunité. Que cela se produise ou non n'avait pas d'impact particulier sur son comportement. Son regard se portas involontairement sur Depranos, la sérieuse, le gêne, celle as qui, dans des circonstance moins spéciale, il n'aurais jamais adresser la parole. Et il pensait, au vu de ses attitude indépendante, qu'elle ne lui aurait jamais adresser la parole non plus. Son regard se posas finalement sur le livre qu'elle tenait as la main avant de s'éloigner pour ne pas lui semblait intéresser ou insistant. Sorrow avait découvert il y as un moment qu'il savait lire, et qu'il savait la plupart des choses qu'il lisait, même si il ignorait bien sur comment il avait obtenue se savoir. Un éclair de peine passa dans ses yeux as la pensés du livre ravagé par la pluie. Pour ça, il ne pouvait nié que l'eau était dangereuse, et, pour ça, cette Requiem aurait mieux fait de galopait sous l'abri le plus proche comme ses semblables cousin des primates. Mais, bref, il ne pouvait pas décemment lui dire ça. Une version bien adoucis et généralisé fini donc par sortir de ses lèvres jamais plus ouverte que nécessaire:
"Demoiselle Requiem, Demoiselle Ayumi, ne vaut-il pas mieux rentré, ne fusse que dans la bibliothèque près d'ici? La pluie semble aller en augmentant."
La "couronne de gouttelette" recommençant as se former sur sa chevelure, l'amnésique secouas légèrement sa tête as nouveau. Il ne pouvait nié que cela lui ajouter une touche brillante de toute beauté, mais justement, il n'était pas là pour plaire. Et puis, mouillé, sa tignasse devenait presque noir, et c'était quand même plus discret que pourpre... Enfin, soufflant discrètement le trop d'air de ses poumons, il tourna son regard vers la direction qu'il avait indiquer en attendant la réponse de l'une ou l'autre des interlocutrices.
*Elle aime les livres, voyons si on peu la perdre dans les livres...* Ajoutas-t-il songeusement as ses pensés de l'instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mangapowaa.exprimetoi.net/forum.htm
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Mer 3 Fév - 22:36

L'homme qu'elle avait interpellé répondit:

"Veuillez m'excusez, je songeais en effet à m'approcher, mais je craignais de vous froisser en m'exécutant. J'ai oublié mon vrai nom il y a longtemps, aussi ne puis-je me présenté à vous que sous le surnom de Sorrow Rex."

Identité perdu. Nom inconnu. Depranos trouvait cela triste que des personnes ne se souviennent plus de leur identité d'origine. Après tout, ne plus savoir qui l'on est, c'est devenir un autre. Celui d'avant meurt et un nouveau nous naît. Ne plus se souvenir de ce que l'on aime. De ses amis. De la personne chérie. Cela est fort triste. A predre tout cela, on se perd nous-même. N'est-ce pas? L'on a pu être gentil et aimant. L'on peut devenir cruel et haissant. On peut incarner le bien. On peut incarner le mal. Depranos se demandait si cela était le cas de Sorrow. Elle le découvrirait avec le temps. Le temps sait tout. Il faut juste lui laisser le temps de nous dévoiler ses secrets. Et c'est ce même temps qui a effacé l'identité de Sorrow pour lui en donner une nouvelle. Après tout, l'ancien Sorrow n'avait peut-être plus aucune raison d'exister. Peut-être était-il devenu inutile. Et c'est pour cela qu'il aurait été effacer. Triste réalité.

"Demoiselle Requiem, Demoiselle Ayumi, ne vaut-il pas mieux rentrer, ne fusse que dans la bibliothèque près d'ici? La pluie semble aller en augmentant."

Ceci n'était point faux. Le ciel déversait un torrent de larmes. Par quoi pouvait bien être causé cette tristesse? L'histoire de Sorrow? Peut-être. Soudain, Depranos remarqua qu'elle n'avait pas protégeait son livre de l'averse. La pluie l'avait hypnotisé par son chant et par conséquent elle avait oublié son livre. Pauvre Werther. Depranos acquiesça d'un signe de tête. Elle attendit les deux autres protagonistes avant de partir en direction de la bibliothèque avec un pas de promenade. Protégeant son livre cette fois.

*Je suis incorrigible. J'ai osé abîmé un si bon ouvrage. Je suis aussi inscouciente que toi. N'est-ce pas Calita?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sorrow Rex

avatar

Messages : 14
Date d'inscription : 05/01/2010
Localisation : Il te suffit de me regarder pour me voir

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Dim 7 Mar - 23:21

[Parce que sa fait plus d'un mois que Faellia n'as pas répondu, Depranos et moi avons décider de continuer le RP sans elle un moment.
Fae, si tu reviens, tu peut toujours nous rejoindre.]

Sorrow vit la culpabilité et le regret passer dans le regard de la Requiem, juste avant qu'elle mette son livre a l'abri. Vraiment, pas trop tôt, mais mieux vaut tard que jamais. Se n'était qu'un petit oublie, était-on tenté de se dire. L'amnésique ne pardonnerais pas si facilement, mais au moins cela eut le don de fortement apaiser sa colère. Il la voyait comme il pensait qu'elle était, se souciant peu de sa propre personne mais chérissant as sa façon le monde qui l'entourait. Un caractère irréprochable, selon le démon. Mais elle était noble, donc par conséquent son ennemi directe as lui voleur de rue. Le peuple, seul, pouvait comprendre qu'un membre sur cent n'ai pas d'autres possibilité que de voler pour survivre. Le pouvoir en place tuer les voleurs de pommes pour faire croire as une justice tandis que ceux qui vivait au crocher de le reine pouvait violer les paysannes sans jamais voir l'épée soit-disant aveugle de la justice. Les nobles suçait le sang des pauvres et leurs faisait croire que c'était de la faute de ceux qui ne demande qu'un pain pour se nourrir. Ils disent qu'ils sont là pour protégé la basse communauté des hors-là-lois? Ha! Si ils ne leurs prenait pas tout, ces criminel n'existerais peut-être même pas.
Sorrow ne serrais pas les dents en pensant cela, son regard be briller même pas de colère. D'un côté, il ne se sentait pas concerné par toute cette histoire, et de l'autre, même si il était impliquer, c'était comme c'était, pour une raison ou une autre on préférer les avoirs, ou on ne voulait pas faire l'effort de les faire partir. Se n'était pas comme si l'amnésique avait souvent affaire au pouvoir, il se frottait qu'a la populace ordinaire, il ne souffrait donc pas tant.
Affichant un sourire poli aux jeunes femmes, il ouvrit la marche de peu, se montrant ainsi, du moins le penser-t-il, moins dangereux qu'il ne l'était. Un homme ayant quelques choses as se reprocher ne tournerais pas le dos as quelque d'armée, n'est-ce pas? Et puis, si l'on souhaiter attaquer, on se placer le plus souvent derrière la victime, pour qu'elle soit vulnérable, en vu, et obligé de suivre le chemin qu'on lui indique. Son esprit se perdit un instant en songeant que sa vie serais bien monotone sans les nobles aussi riche qu'insouciant. Puis il revint sur terre. Après tout, il était en chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://mangapowaa.exprimetoi.net/forum.htm
Depranos Requiem

avatar

Messages : 77
Date d'inscription : 06/01/2010
Localisation : Dans un bois, entrain d'errer et d'écrire.

MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   Lun 8 Mar - 22:21

Depranos avança à la suite de Sorrow. D'un pas tranquille. Elle n'avait aucune raison d'être sur ses gardes. Et puis, si le danger devait surgir, elle n'aurait aucun ma à réagir. Ce n'était parce qu'elle était une femme qu'elle n'avait pas de bons réfléxes. Loin de là. Cela est bien connu, il ne faut pas juger aux apparences. Après tout, même la belle rose dissimule ses épines derrière ses feuilles. Et bien Depranos, derrière son air de lectrice inscouciencte qui ne pense pas à mettre son ouvrage à l'abri, avait à ses côtés son Epine Redemptrice. Epée aux pouvoirs purificateurs. Avec elle, la noble n'avait rien à craindre. Et gare à quiconque qui tenterait de se l'approprier. Il pourrait avoir une mauvaise surprise. Il pourrait y perdre la vie. Après tout, l'épée choisit son porteur et certainement pas l'inverse. C'est donc main gauche posé sur la garde de son arme tandis que l'autre tenait l'ouvrage que Depranos avançait. Légeremment en retrait derrière Sorrow. Elle ne tenta pas de se mettre à sa hauteur. Pour elle, il n'y avait aucun intêret à cela. La pluie poursuivait son oeuvre. La jeune noble perdait de temps à autre son regard à travers les nuages noirs. Hypnotisée par leur beauté. La beauté de leur pleurs. Ses pensées se tournèrent un instant sur Calita. Que ferait-elle si elle venait à se retrouver sous les larmes du ciel? Irait-elle cherchait refuge? Ou se contenterait-elle de marcher dessous sans y prêter trop d'importance? Voilà de bonnes questions. Il est toujours difficile por un auteur de connaître les sentiments ou les réactions de ses personnages. Pour savoir comment ils réagiront, il faut les mettre en situation. Cela, dès qu'elle trouverait de quoi écrire, Depranos le ferait. Il fallait qu'elle brise ce mystère. Après tout, pour chaque auteur, le personnage auquel il donne vie est toujours mystérieux. Ce n'est qu'avec le temps que l'on peut l'observer grandir. S'épanouir. Evoluer. Tels leurs parents, leur créateur veille sur eux. Avec la plus grande des attentions. Les punissant lorsque cela est necessaire. Certains auteurs perdent le contrôle de leurs personnages. Ignorent ceux à quoi ils peuvent penser. Ont l'impression qu'ils agissent de leur propre-chef. Le créateur se sent alors spectateur. Simple spectateur. Il a perdu presque tous ses pouvoirs. Mais ne manque aucunement l'occasion de les reprendre. Il veut rester le maître du monde qu'il a créé. Il veut garder l'impression d'être le dieu de son monde. Auteur avide de pouvoir. Heureusement tous ne sont pas ainsi. N'est-ce pas? Si. Bien sur que si.
Ils arrivèrent peu après à la bibliothèque. Depranos monta les marches d'un pas léger.

*Il ne me reste plus qu'à trouver de quoi écrire et je percerai le mystère que tu es Calita. Je percerai le mystère de ta réaction face à la pluie.*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entouré par le murmure de la pluie.(Faellia/Sorrow)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» [Texte] La pluie
» Le Murmure des Chimères
» Canidé prétentieux [PV Spectre du Passé & Pluie d'Anarchie]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Kuroshitsuji RPG :: Environs de Londres :: Islington :: Rues de la ville-
Sauter vers: